“Le Ravissement de Proserpine” de Catherine Des Roches

Laura Borie, étudiante en première année du Master Littérature, Savoirs et Culture numérique à l’université de Marne-la-Vallée, travaille pour son mémoire de master encadré par Caroline Trotot sur Le Ravissement de Proserpine, de Catherine Des Roches. Elle présente ci-dessous ce texte, qu’elle a mis à disposition sur Wikisource (également disponible aux formats PDFOpenOfficeWord, et XML-TEI), ainsi que son autrice.

Catherine Des Roches, de son état civil Catherine Fradonnet est une autrice de la Renaissance, née en 1542, qui pense qu’ « il y a bien assez d’hommes qui escrivent, mais [que] peu de filles se meslent d’un tel exercice », raison pour laquelle elle a « tousjours désiré d’estre du nombre de peu », c’est-à-dire faire partie des femmes écrivaines. Elle est reconnue au XVIe siècle en tant que savante par nombre de ses contemporains, notamment Pierre de Ronsard, Estienne Pasquier ou Jacques Peletier du Mans. Elle a l’habitude d’écrire et de publier avec sa mère, Madeleine des Roches. Parmi ses œuvres nous pouvons lire sa tragi-comédie Tobie, son poème sur le savoir des femmes « L’Agnodice » ou bien « A ma quenouille » (Les Œuvres, 1579), mais également son très instructif « Dialogue de Placide et Severe » sur l’éducation (Les Secondes œuvres, 1585). Avec sa mère, elle tient un salon littéraire à Poitiers qui lui permet de faire reconnaître son érudition et son savoir-faire auprès de ceux qui le fréquentent.

Elle traduit le De Raptu Proserpinae du poète latin Claudien (v. 370-v.404) pour publier dans les Missives (1586) sa traduction, la première en français, sous le titre Le Ravissement de Proserpine. Cérès, dans la mythologie romaine, est la mère de Proserpine. Éperdument attachée à sa fille, c’est à contre cœur qu’elle doit la laisser quelque temps en Sicile, le temps d’aller voir Cybèle. Voulant la protéger de tous les dangers de la vie, elle lui demande de rester dans le palais. Cependant, la jeune fille, poussée par la naïveté et par son jeune âge, désobéit. C’est alors qu’elle cueille des fleurs, livrée au danger, qu’elle est enlevée par Pluton, son oncle et roi des enfers, pris d’amour pour elle. Après avoir compris que sa fille a disparu, Cérès est prise d’une colère qui ne fera que s’accroître. Cette mère, follement inquiète pour sa protégée, tentera par tous les moyens de la retrouver et d’obtenir des réponses qu’elle n’aura jamais.

Ce mythe des origines met en scène l’amour entre une mère et sa fille, sentiment d’une puissance inestimable, dont l’autrice parvient à faire ressortir, dans un cadre métrique, l’intensité émotionnelle. Or, Catherine des Roches et sa mère sont un peu les Cérès et Proserpine de leur époque dans la mesure où Catherine refuse de se marier parce qu’un homme serait effectivement un obstacle dérangeant, autant pour sa relation fusionnelle avec sa mère, que pour la qualité de sa production littéraire. L’affection de nos deux poitevines autrices et érudites se ressent dans leurs écrits et elles ne cachent pas leur grande complicité. Si elles s’adressent, au sein de leurs écrits, de fortes déclarations, elles s’influencent également l’une l’autre et s’encouragent pour continuer à écrire quand les doutes surviennent. Catherine des Roches mourra assez jeune de la peste, en 1587, le même jour que sa mère.